Attività
Biografia
Concept
Opere
Parole
Altri
info@sebastianobalbo.it
Eco-Art
Eco-Art (fotografia)
The flying man
Estromissioni
Quando tutto è arte nulla è arte
Adesso fra mille anni
Ante litteram


   


Ero molto giovane quando alla fondazione MIRO' mi accorsi che le forme disegnate da un velo plastico contro un vetro dell'immobile erano di una bellezza, di una potenza evocativa, di una originalità tali da competere con le opere dell'artista. E' da questo ricordo che nasce l'esposizione odierna dove le opere sono i muri della galleria, o più esattamente alcune parti di queste mura, circoscritte da cornici, sono diventate opere d'arte.

J'AI FAIT AVEC CE SOUVENIR

Nello spazio concesso, uno spazio scarico, usato e segnato mi sono fatto dettare le opere dal minimalismo delle tracce presenti costruendo attorno ad esse un senso.

J'AI FAIT AVEC CET ESPACE

“Faire avec” è una condizione dell'anima che mi è sempre appartenuta. E' la scelta di accettare in profondità ciò di cui si dispone, ringraziare e moltiplicare la bellezza e le significanze, o almeno provarci. Con furore, rabbia, e la gioia di poterlo fare.


Ho utilizzato le cornici secondo il loro scopo primario, quello di circoscrivere qualche cosa di significativo. Ma ho anche provato in alcune opere (muro occidentale, il manifesto.., Dalì e dalà, think in progress) ad adattarmi al fatto che questi non luoghi si siano trasformati in spazi relazionali e come tali li ho usati.



IL FAUT FAIRE AVEC
J’étais très jeune à l’époque où, à la fondation Mirò, je fus captivé par des formes dessinées par un voile en plastique sur une vitre de l’immeuble : telles étaient leur beauté, leur puissance évocatrice, leur originalité qui dépassait les créations de l’artiste. De ce souvenir jaillit aujourd’hui cette exposition dont les œuvres sont les murs mêmes de la galerie, ou plus exactement, certaines sections de ces murs qui, entourées par des cadres, sont devenues des œuvres d’art.

J’ai fait avec ce souvenir.

Je me suis laissé envahir par cet espace – un espace déchargé, usagé et marqué – et le minimalisme de ses signes, de ses traces, de ses empreintes m’a dicté les œuvres, construisant ainsi le sens.

J’ai fait avec cet espace.

J’ai utilisé les cadres selon leur but primaire, c’est-à-dire circonscrire quelque chose, censée être prècieux. L’œil a « découpé » les espaces signifiants, les cadres les ont mis en évidence, parce que L’ART EST FAIT PLUS PAR L’ŒIL QUI REGARDE QUE PAR LA MAIN QUI PEINT.

Je fais avec mes yeux.

Mais ce n’est là qu’une partie du sens de mon travail, l’autre concerne l’époque dans laquelle nous vivons. Des jours, des mois, des années où le cadre, tout cadre, assiège la substance, la dépasse, l’étouffe, l’humilie. Tu y échappes si tu as bon œil et si tu utilises les cadres conformément à leur véritable destination : ligne de frontière entre le sens et le non-sens

Je fais avec notre époque

« Faire avec » est une état de l’âme qui m’appartient depuis toujours. C’est le choix d’accepter complètement, en profondeur ce dont on dispose, de remercier et d’en multiplier la beauté et les sens, ou du moins essayer de le faire ! Avec fureur, rage, et la joie de pouvoir le faire. Et c’est correct de le faire maintenant, face « à l’avancée du Grand Néant ». Aujourd’hui que les cadres, les si dorés, baroques et séduisants cadres, sont en train de s’étendre bien au-delà de ses limites naturels ; maintenant que tout ce que nous avons toujours défini comme « achèvement, bordure et finition » monte à l’assaut du sujet, de l’essence, du but.


LE MANIFESTE DU CADRE

Le flux et le reflux de Fluxus Cadre supérieur, recherche cadre inférieur

Picasso a dit “Je n’aurai jamais la retraite des cadres” Que voulait il dire par là? Il a maintenant toutes ses oeuvres encadrés dans les musées?

Une exposition à l’oeil est faite pour l’oeil...Elle mérite sans appel, votre regard? “Aujourd'hui que les cadres, les si dorés, baroques et séduisants cadres, sont entrain de s’étendre bien au-delà de ses limites naturels; maintenant que tout ce que nous avons toujours défini somme “Achévement, bordure et finition” monte à l’assaut du sujet, de l'essence, du but. J’ai utilisé les cadres selon leur but primaire, c’est-à-dire circonscrire quelque chose, censée être précieux. L’OEIL a découpé les espaces signifiants, les cadres les ont mis en évidence, parce que l’art est fait plus par l’oeil qui regarde que par la main qui peint”.

Et ainsi vous pourrez entre-voir sur un pan de mur, dans l'encadrement d’une fenêtre, d’une porte, un cadre avec: un oeuf de poule de canard. Un cadre de vie. un cadre de mort. Un cadre vide. Un cadre plein. Un cadre havre. Un cadre a génère. Une feuille de vigne mâle. Une boule ovale. Un rectangle carrée. Une montre déboussolée. Un tonneau à la mer. Un espace vide. Un espace plein. Un poil sur la langue. Une araignée tissant et parfois peignant sa toile. Une échancrure fermée. Une nature morte. Une nature vivante. Un pot de fleur. A fleur de pot.

Concept